Impulsion
Son cœur est lourd de ce creux béant tout au fond de lui.
Il n’est pas celui qu’il aurait voulu être. Il ne fait pas ce qu’il aurait aimé faire.
Ses rêves se sont évanouis. L’intransigeante ritournelle les a écrasés sans vergogne. Peu importe son errance, il faut produire, se couler dans le moule et ne pas faire de vagues. Et, chaque jour, il se soumet pour vivre la vie d’un autre, sourd aux gémissements plaintifs de son âme.

Il fait juste ce qu’on attend de lui. Comme tout le monde. Ni plus, ni moins.
Mais, il sait qu’il se renie toujours un peu plus. Qu’un gouffre se creuse entre cet autre et lui-même. Pourtant, il continue et suit le sillon parallèle imposé.
Insidieusement, tout son être crie sans bruit son désespoir de n’être RIEN.
Rien d’autre que le pantin d’un système égocentré.

Il finit par se délecter de la vie des puissants, pensant s’y trouver lui-même.
Et il court à la recherche d’un bonheur qui le fuit, mais n’y rencontre que le vide. Il n’est plus qu’un coléoptère qui se cogne aux lueurs des réverbères. La peur a miné sa pulsion de Vie, réduit à néant toute sa volonté. Il est même devenu amer, déçu de n’être que lui et non cet autre.

Une éternité a passé dans cette illusion.
Mais la souffrance le taraude toujours, sans relâche, plombant son cœur lacéré.
Jusqu’au jour où… l’insupportable prend le relais : il faut à tout prix faire cesser cette agonie !
Il ouvre un œil, puis l’autre et s’éveille de sa torpeur.
Il peut enfin reprendre le fil de SON histoire.

Minutieusement, il se remet à souffler sur ses braises les plus intimes.
Pour faire jaillir son feu intérieur.
Pour être SOI, seulement.
 
 
© Muriel Collard.
Toutes reproductions interdites
sans accord de l’auteur.
© Eilluss 2016-2024   ⅼ   Mise à jour : 10 déc. 2020